La Plume Culturelle

« The Pixons », the groupe Power Rock de Metz

La Plume Cultu­relle propose depuis janvier une rubrique desti­née aux artistes mécon­nus d’une grande partie du public ou trop peu média­ti­sés. Avec passion, ils parti­cipent à l’en­ri­chis­se­ment cultu­rel de la Lorraine et nous les mettons à l’hon­neur. Béné­fi­ciez de l’in­te­rac­ti­vité d’In­ter­net pour décou­vrir un aperçu de leurs œuvres sous forme de son ou de vidéo.  Le talent des quatre membres de « The Pixons », Péji (chant, basse), Tony (guitare), Raph (guitare, voix) et Raph (batte­rie) sévit à travers la région depuis deux ans et ils viennent tout juste de termi­ner l’en­re­gis­tre­ment de leur premier EP.

La Plume Cultu­relle : Comment s’est faite la rencontre entre les membres de The Pixons ?

Péji : J’avais laissé une petite annonce sur Inter­net par laquelle j’in­diquais que j’étais bassiste et que je cher­chais à inté­grer un groupe dans la région. Quelqu’un qui avait les mêmes goûts musi­caux que moi m’a contacté et nous avons sympa­thisé. C’était un mili­taire qui venait d’ar­ri­ver dans le dépar­te­ment, et dans la même caserne, se trou­vait égale­ment un autre musi­cien qui souhai­tait créer une forma­tion musi­cale. Tous les deux étaient guita­ristes, des affi­ni­tés se sont créées entre nous, ainsi qu’une volonté de travailler ensemble. Alors, nous sommes partis à la recherche d’un batteur que nous avons trouvé rapi­de­ment et l’aven­ture du groupe a réel­le­ment commencé à la fin de 2006.

LPC : The Pixons, pourquoi un tel nom ?

Péji : Durant des semaines, nous avons travaillé pour nous trou­ver un nom quelque peu origi­nal et qui se retienne faci­le­ment. Nous ne voulions pas d’un nom à rallonge ou que l’on puisse confondre avec un autre. Et puis un soir, entre nous, dans un bar que nous affec­tion­nons parti­cu­liè­re­ment, et en buvant plus que de raison, nous avons commencé à nous char­rier sur nos instru­ments, puisque nous sommes des utili­sa­teurs de guitares Gibson (sauf le batteur), jusqu’au moment où l’un d’entre nous a crié : ‘‘ hé ! toi ce n’est même pas sur une Gibson que tu joues mais sur une Pixons’’. Ce drôle de nom nous a séduits et dès le lende­main, nous avons véri­fié si l’ap­pel­la­tion était déjà utili­sée dans le milieu musi­cal, ce qui n’était pas le cas. Alors, nous l’avons immé­dia­te­ment adopté pour notre groupe.

LPC : Quel est le style musi­cal que vous adop­tez dans vos chan­sons ?

Péji : Notre style de jeu musi­cal est très large et donc très varié avec des influences de The Hella­cop­tersDanko jonesMotö­rheadVulgaires Machins ou Sepul­tura, par exemple. Et puis notre musique qui est assez pop puise ses racines dans le rock alter­na­tif, voire le jazz rock ; ainsi chez les deux guita­ristes du groupe, un dialogue cohé­rent s’éta­blit entre deux univers de rock. Celui du Rock’n’­roll pur et dur et un rock un peu plus punk, ce qui apporte à nos titres davan­tage de fraî­cheur et de moder­nisme.

LPC : Groupe français et donc lorrain, vous chan­tez en anglais. Vous comp­tez vous expor­ter dans les pays anglo­phones ?

Péji : Le choix de l’an­glais s’est fait plutôt pour sa faci­lité, il faut le dire, par fainéan­tise sur ce coup-là (rire). Nous avions commencé des compo­si­tions avec des textes en français qui n’étaient pas si mal. Mais il y a un problème dans notre pays, lorsque tu joues du rock et que tu chantes en français, tu rentres dans des clichés stéréo­ty­pés ridi­cules. Ensuite, si tu veux écrire de bons textes, le rythme du rock ne rend pas les choses évidentes. Enfin, pour jouer en Alle­magne, en Grande-Bretagne, en Italie ou en Espagne, voire dans les pays de l’Est, c’est plus facile d’être programmé si le groupe chante en anglais.

LPC : Comment procé­dez-vous entre vous pour l’écri­ture et la compo­si­tion de vos chan­sons ?

Péji : En ce qui concerne l’écri­ture des morceaux, cela se passe entre Tony et moi. Tous les deux, nous trou­vons des riffs de guitares ou de petites mélo­dies et dès que l’un a trouvé quelque chose de cohé­rent, l’autre arrive à inclure une suite, un refrain, un petit break ou un couplet. Ensuite en répé­ti­tion, nous propo­sons ce ‘‘sque­let­te’’ aux autres membres de la forma­tion pour qu’ils y apportent leurs touches person­nelles : Raph, le guita­riste, modi­fie la ryth­mique et rajoute des solos, et Raph, le batteur, donne un peu plus de force dans le morceau et appuie certains breaks ; et là, le titre commence à prendre vie. Pour les paroles, je m’y colle et l’ins­pi­ra­tion ou l’idée de base pour la mélo­die me vient dès les premiers accords en répé­ti­tion.

LPC : Vous étiez en studio en juin dernier, comment s’est passé l’en­re­gis­tre­ment de votre EP ?

Péji : Nous avons terminé l’en­re­gis­tre­ment de 6 titres au Studio “L’Usine” de Thion­ville. Fabrice, l’in­gé­nieur son (ancien bassiste de Mell, et actuel­le­ment guita­riste chan­teur d’Antis­tar) nous a instan­ta­né­ment mis à l’aise et guidés effi­ca­ce­ment dans les diffé­rentes étapes de l’aven­ture. Une compli­cité décon­cer­tante s’est rapi­de­ment créée entre lui et le groupe. Les choses se sont mises en place d’elles-mêmes. Il a très rapi­de­ment compris ce que nous voulions et a trouvé les bons sons natu­rel­le­ment. Le travail en est devenu presque facile et l’am­biance très décon­trac­tée nous a confor­tés dans cette impres­sion d’ai­sance. Nous étions arri­vés pleins d’ap­pré­hen­sion et sous pres­sion, mais en quelques heures toutes nos craintes s’étaient envo­lées. Les 5 jours de studio que nous avons vécus se sont dérou­lés dans une ambiance déten­due et nous sommes plus que satis­faits de nos morceaux et de la qualité des sons.

LPC : Sans Inter­net auriez-vous la même noto­riété, ou pensez-vous que cela ne vous a pas été d’une grande aide ?

Péji : Inter­net faci­lite beau­coup les choses, c’est indé­niable. 55 000 visites ont déjà eu lieu sur notre site MySpace. Pour diffu­ser l’in­for­ma­tion de nos concerts, c’est vrai­ment pratique. Par exemple si nous avons un concert à Nancy, on ne va pas poser nos affiches ou nos flyers sur place, par manque de temps. En revanche, le net, c’est un mode opéra­toire vrai­ment payant. Après nos concerts, on rencontre des personnes qui nous disent qu’elles n’ont pas été déçues et qu’elles ont été contentes de rece­voir les dates des concerts par Inter­net. Donc on voit vrai­ment l’im­pact que ce support de commu­ni­ca­tion peut appor­ter au groupe et les réseaux que nous pouvons tisser avec des asso­cia­tions ou divers groupes.

LPC : Allier métier, musique et vie person­nel­le… Est-ce facile tous les jours ?

Péji : Ce n’est pas évident du tout mais on fait tout pour que ça se passe au mieux. Évidem­ment, gagner notre vie serait bien plus simple si nous étions musi­ciens profes­sion­nels, ça serait le rêve. Pour l’ins­tant on arrive à jongler avec les emplois du temps des uns et des autres. Par exemple, comme nos deux mili­taires sont céli­ba­taires, il n’y a pas de soucis pour les répé­ti­tions et les concerts sauf lorsqu’ils sont en mission pour quelques semaines, mais c’est assez rare. Quant au batteur, méca­ni­cien au Luxem­bourg, il est assez dispo­nible, il faut le dire.

LPC : Un mot ou une phrase pour défi­nir votre groupe et votre musique ?

Péji : On joue du rock’n’­roll qui sent le cuir et la sueur !

LPC : Enfin quels sont vos projets après la sortie de votre EP ?

Péji : D’une part diffu­ser notre EP auprès d’as­so­cia­tions, de tour­neurs et des médias pour tenter d’ini­tier une première tour­née au prin­temps prochain. Nous avons déjà des contacts aux quatre coins de la France et à l’étran­ger, desquels nous allons nous rappro­cher main­te­nant que nous avons notre carte de visite avec 6 titres. Nos prochains concerts débu­te­ront en septembre.


Article publié le 5 juillet 2008 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.

Photo : © LPC|The Pixons – Le groupe ” The Pixons ” en concert à la Chenille Bleue à Metz.


 

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer