Éditeur : Éditions Unicité | Date de paru­tion 08/12/2020 | ISBN : 978–2–37355–509–7 | Format (mm) : 148 × 210 | Couver­ture : mat | Nombre de pages : 154 | Poids : 322 g | Prix : 15,00 €.

 

« Avec le 5/7/5, forme tradi­tion­nelle du haïku japo­nais, Jean-Michel Léglise crée un rythme incan­ta­toire pareil à l’in­ces­sant va-et-vient des vagues sur la plage.

La lame écumée
déferle sur le rivage
falaises tonnantes.

Ainsi portés par le langage poétique, comme un enfant par ses bras­sards, nous flot­tons dans un océan de mots et avançons sans effort de haïku en haïku, îles singu­lières d’un archi­pel reliées entre elles par le fil invi­sible d’un écho de sens.

Par la passe­relle,
la lumière du soleil
perturbe mes songes.

Nous nageons loin, très loin, toujours plus loin, jusqu’à l’ho­ri­zon. Comme en rêve. Un rêve où tout commence par le brillant reflet des cieux sur une mer étale.

La mer est bleue. »

Extrait de la préface de Domi­nique Chipot

 

Un jour, la Mer était bleue est le deuxième recueil de haïku de Jean-Michel Léglise. En six tableaux, l’au­teur dépeint la rela­tion tumul­tueuse et farouche entre l’océan et l’homme. Cette proxi­mité semble à la fois senti­men­tale et amou­reuse mais aussi destruc­trice pour les prota­go­nistes : un rapport de force sans conces­sion. Un face-à-face ances­tral qui lie conti­nuel­le­ment l’homme à l’océan dans sa quête de décou­verte des profon­deurs. Toute­fois les expé­di­tions des hommes orchestrent aussi la pollu­tion et ravagent les espaces natu­rels qui de ce fait s’épuisent peu à peu. Cliquez ici pour suivre Un jour, la Mer était bleue sur sa page Face­­book.