La Plume Culturelle

Songes d’une nuit d’ar­tistes à la ville de Mont Saint-Martin

La ville de Mont Saint-Martin (54) a renoué avec les origines de l’homme et a célé­bré « le dieu Feu »  avec la mani­fes­ta­tion « Songes d’une nuit d’ar­tis­tes… dans un parc » qui a eu lieu le week-end dernier. 

La Plume Cultu­relle, toujours présente là où se passe l’ac­tua­lité, s’était faufi­lée bien avant l’ou­ver­ture offi­cielle et a pû obser­ver jusqu’à « l’in­té­rieur de la bête » les prépa­ra­tifs de la mani­fes­ta­tion « Songes d’une nuit d’ar­tis­tes…­dans un parc » qui a été orga­ni­sée conjoin­te­ment par la ville de Mont Saint Martin (54) et le collec­tif d’ar­tistes Artzoom. Emme­née par Jean Luc Cura­bet, celle-ci s’est dérou­lée toute la nuit du 19 juin et s’est éten­due jusqu’au 21 juin dans le très beau parc Frédé­ric Brigidi, au pied du château et autour du petit lac. Un public fort nombreux venu célé­brer la « fête du feu » a été conduit à travers un chemin de torchères enflam­mées et de nénu­phars photo­phores dès 22h et l’ou­ver­ture de la grande porte, par « les hommes du feu » habillés pour l’oc­ca­sion en costumes royaux, château oblige.

L’art et les lumières étant les thèmes majeurs de la soirée, les heureux spec­ta­teurs ont pu déam­bu­ler gaillar­de­ment entre les chapi­teaux d’ex­po­sants (Hild, Rein, Ferrauto, Fiorucci, Nunzia­tini, Mlin­ku…) et ateliers d’ar­tistes à ciel ouvert. Ayant mis les petits plats dans les grands, les orga­ni­sa­teurs sont allés au plus près des désirs des perfor­meurs, n’hé­si­tant pas à dépo­ser trois tonnes de ferraille indus­trielle pour les mettre à la dispo­si­tion des 3 sculp­teurs pari­siens de Candy Box afin de leur permettre de couper, tailler, oxyder, souder et réali­ser leur dragon lorrain. Ainsi qu’à dres­ser moult toiles et chapeaux protec­teurs (nous sommes dans l’Est de la France..) pour plus de confort de travail live.

Il est vrai qu’é­taient invi­tés égale­ment les fameux V.L.P. (vive la pein­ture), eux aussi Pari­siens qui livrent depuis plus de vingt ans déjà des pain­ting-perfor­mances dans l’Eu­rope entière; Bout’­zinc et son spec­tacle fort bien mis en scène de cracheur de feu devant les instal­la­tions artis­tiques et lumi­neuses de Chan­tal Guéry et les portes nautiques de Nelson Aires; Erik Bonnet faisant cracher ses bombes de pein­ture sur une fresque d’usine en décom­po­si­tion dans le brouillard; le tryp­tique fantô­ma­tique de Chevrier perfor­mant en rythme avec son compère normand Da Vox, beat box-orchestre sympho­nique humain, qui a captivé les spec­ta­teurs par ses impro­vi­sa­tions vocales.

Une « fête du feu » digne de ce nom ne pouvant être complète sans feu d’ar­ti­fice, « les hommes du feu » proté­gés par des combi­nai­sons alumi­ni­sées ont mis le lac en fusion grâce à leurs auto­mates enflam­més aux bras arti­cu­lés. Les yeux brillants des enfants présents ont dû avoir du mal à s’éteindre pour dormir.


Article publié le 22 juin 2009 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.

Photo : ©LPC|EB – Les artistes à l’hon­neur à Mont Saint-Martin où le public a pu contem­pler l’évo­lu­tion des oeuvres sur place.