La Plume Culturelle

La gale­rie messine Octave Cowbell fête ses 10 ans !

Il y a tous juste dix ans s’ou­vrait à Metz une petite gale­rie asso­cia­tive d’art contem­po­rain tota­le­ment atypique où pour entrer, il fallait passer par la fenêtre. Aussi depuis hier soir, et afin de rendre hommage aux artistes, aux parte­naires et aux amis de la struc­ture cultu­relle, diffé­rentes mani­fes­ta­tions auront-elles lieu à travers la capi­tale mosel­lane jusqu’au 28 septembre prochain pour fêter l’évè­ne­ment.

Quand nous vous disons que le temps passe vite, ce n’est pas une simple impres­sion c’est un fait. Imagi­nez que depuis dix ans, sous l’im­pul­sion d’Hervé Foucher, la petite équipe d’Octave Cowbell propose au public des expo­si­tions d’art contem­po­rain prove­nant de jeunes étudiants ou d’ar­tistes en deve­nir voire de poin­tures d’en­ver­gure natio­nale ou inter­na­tio­nale. Soit une centaine qui ont fran­chi la fenêtre depuis 2002, ce qui repré­sente tout de même une dizaine par an. (Ndlr : Il n’y a pas de porte, l’en­trée se fait par une fenêtre qu’il faut enjam­ber à l’aide d’un esca­lier en bois.) Un vrai chal­lenge intel­lec­tuel et de logis­tique quand les habi­tués de la gale­rie savent que la struc­ture ne possède qu’une petite pièce d’en­vi­ron 20m² pour expo­ser le travail créa­tif de ses invi­tés. En dix ans, l’as­so­cia­tion qui gère la struc­ture a pu se profes­sion­na­li­ser en embau­chant notam­ment  2 perma­nents et en gérant un budget de fonc­tion­ne­ment de 40 000 euros par an. « En 2002, nous avons essuyé les plâtres avec les finan­ceurs », explique Hervé Foucher, direc­teur de la gale­rie. « Il n’y avait pas d’enjeux poli­tique et cultu­rel à cette époque, ce qui n’est plus le cas main­te­nant. Aujourd’­hui, c’est un peu plus facile mais ce n’est pas encore ça », souligne-t-il encore. Pour le jeune homme, les moyens finan­ciers demeurent encore faibles pour déve­lop­per correc­te­ment l’in­fra­struc­ture.

Dix ans… le bilan ! Et l’ave­nir ?
Depuis hier soir et jusqu’au 28 septembre prochain, la gale­rie Octave Cowbell compte bien fêter ses dix ans avec ses amis, son public et ses parte­naires. « D’ha­bi­tude, lorsqu’on va à un anni­ver­saire, on offre un cadeau », remarque Hervé Foucher. « Là, c’est nous qui en offrons un ! », s’amuse l’in­té­ressé. Jusqu’au 5 octobre prochain, l’as­so­cia­tion offre donc un cata­logue de 240 pages qui retrace la décen­nie de la gale­rie. Toutes les expo­si­tions y sont rela­tées, y figurent égale­ment des portraits de person­na­li­tés régio­nales toutes disci­plines confon­dues. Le volume, tiré à 1 000 exem­plaires, est de qualité et les photos y sont nombreuses. Un très bel objet à possé­der dans sa biblio­thèque. « C’est l’oc­ca­sion de faire le bilan et de se poser la ques­tion de l’ou­ver­ture de notre infra­struc­ture vers les autres struc­tures cultu­relles régio­nales », précise le jeune homme. Son ambi­tion pour l’ave­nir ? Créer un réseau avec d’autres asso­cia­tions artis­tiques. Si pour lui Metz devient une place forte de l’art contem­po­rain au niveau régio­nal et natio­nal grâce au Centre Pompi­dou-Metz, il ne faut pas oublier le travail des  acteurs locaux. « Nous conti­nuons à déve­lop­per notre savoir-faire. Travailler avec les parte­naires, c’est plus exci­tant que créer de nouveaux projets seul et sans moyens », souligne Hervé Foucher.

Ce soir, rendez-vous est donné à l’église des Trini­taires dont l’es­pace sera spécia­le­ment scéno­gra­phié pour poser les prémices d’un réseau d’art contem­po­rain en Lorraine avec Octave Cowbell et ses amis : Toutou­chicLa Conser­ve­rieModu­lab, La Maison de l’Ar­chi­tec­ture de Lorraine, Ergas­tule, My monkey, la Syna­gogue de DelmeCastel Coucou, Faux-Mouve­ment et Le Vent des Forêts. Puis, dimanche 23 septembre, les festi­vi­tés conti­nue­ront au  Moulin des Thermes, toujours à Metz. Ensuite, le jeudi 27 septembre le Pompi­dou-Metz ouvre ses portes à la petite gale­rie messine et enfin, le vendredi 28 septembre prochain, des concerts pour l’oc­ca­sion auront lieu aux Trini­taires. Programme complet sur www.octa­ve­cow­bell.fr.

Et ensuite ? La Nuit Blanche !
Pour clôtu­rer en quelque sorte les festi­vi­tés des dix ans d’Oc­tave Cowbell, la struc­ture a réussi une belle initia­tive en propo­sant, à l’oc­ca­sion de la cinquième édition de la Nuit Blanche à Metz, la perfor­mance artis­tique d’Yvette Mattern durant la mani­fes­ta­tion. Cette New-Yorkaise va déployer dans l’ave­nue Foch son « Global Rain­bow », une instal­la­tion de lasers monu­men­taux aux rayons lumi­neux hori­zon­taux repré­sen­tant les sept couleurs de  l’arc-en-ciel, et qui peuvent être vus à 30 km à la ronde. Présen­tée pour la première fois en janvier 2009 à New York, au moment de l’in­ves­ti­ture de Barack Obama, l’oeuvre aura traversé l’At­lan­tique pour être vue au Festi­val Trans­me­diale à Berlin en février 2010, et en octobre de la même année à Toulouse. Pour le plai­sir des Messins elle sera opéra­tion­nelle dès le 5 octobre prochain. Hervé Foucher avoue avec une certaine fierté que la gestion d’une telle instal­la­tion aussi impo­sante qu’ex­cep­tion­nelle consti­tue une première pour l’as­so­cia­tion depuis sa créa­tion en 2002. D’ailleurs, Yvette Mattern sera présente pour une expo­si­tion le 6 octobre à la gale­rie Octave Cowbell. Seconde initia­tive prévue à l’oc­ca­sion de la Nuit Blanche, la perfor­mance de Filty Luker qui propose une struc­ture gonflable en forme de tenta­cules qui sorti­ront des fenêtres du bâti­ment de la direc­tion de la Banque Popu­laire Lorraine-Cham­pagne, rue François de Curel à Metz !

Encore une façon de prou­ver que la struc­ture peut à la fois expo­ser de grandes poin­tures de l’art contem­po­rain et en même temps propo­ser de l’es­pace aux jeunes artistes pour qu’ils puissent montrer leur travail. Alors, rendez-vous dans dix ans ?


Article publié le 21 septembre 2012 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.

Photo :  ©LPC|JeanVier – De gauche à droite : Olivier Goetz, Président de l’as­so­cia­tion “Octave Cowbell”, et Hervé Foucher, direc­teur de la gale­rie éponyme, tenant dans leurs mains l’ou­vrage qui retrace les dix ans d’Oc­tave Cowbell.


 

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer