La Plume Culturelle

Béatrice Josse du Frac Lorraine : « Les musées regorgent d’objets et nous, nous regor­geons d’idées »

La Plume Cultu­relle a rencon­tré Béatrice Josse, direc­trice depuis 15 ans du Frac Lorraine. Seule à ses débuts en 1993, la patronne de l’ins­ti­tu­tion dirige aujourd’­hui une équipe et un budget annuel d’en­vi­ron 1,2 million d’eu­ros.  

La Plume Cultu­relle : Qu’est-ce que le Frac et quelle est sa mission première ?

Béatrice Josse : Qu’est un Frac au juste ? Un fonds régio­nal d’art contem­po­rain et non un fonds régio­na­liste. Donc au final c’est une collec­tion, des produc­tions, des expo­si­tions en région et ailleurs, des program­ma­tions ouvertes aux diffé­rents champs artis­tiques mais aussi de la média­tion et de la forma­tion des publics les plus divers… et surtout beau­coup d’ima­gi­na­tion. On compren­dra que derrière ces mots en « -tion » se cachent des hommes et des femmes d’ac­tion et de réflexion qui ne méritent guère les attaques dont ils font pério­dique­ment l’objet.

LPC : Comment fonc­tionne cette insti­tu­tion publique ?

BJ : Comme une asso­cia­tion loi 1908 avec une assem­blée géné­rale, un conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et un président. Autant dire que nous fonc­tion­nons avec un système de droit privé. Nous ne sommes pas fonc­tion­naires et les œuvres appar­tiennent à l’as­so­cia­tion Frac.

LPC : Quelle défi­ni­tion donne­riez-vous pour expliquer l’art contem­po­rain ?

BJ : C’est une expres­sion datée des années 80. Aujourd’­hui je préfère les termes « arts visuels » ! L’art n’est plus néces­sai­re­ment lié au maté­riel tout comme la produc­tion de richesse est liée à l’éco­no­mie imma­té­rielle plutôt qu’à l’ex­trac­tion de char­bon. De plus “Un art qui ne serait pas entré dans la vie sera inven­to­rié au musée archéo­lo­gique des antiqui­tés” (Alexandre Rodt­chenko, artiste). Ce qui nous a orien­tés, c’est une ouver­ture maxi­male vers la perfor­mance, les arts vivants. Les musées regorgent d’objets et nous, nous regor­geons d’idées.

LPC : Comment le Frac est-il financé et à quelle hauteur ?

BJ : Nous avons un budget de 1,2 million d’eu­ros (y compris les œuvres) qui vient essen­tiel­le­ment du Conseil régio­nal de Lorraine, du Minis­tère de la culture et du mécé­nat. Nous avons un soutien de la Fonda­tion SFR pour les actions qui concerne notre poli­tique envers les publics handi­ca­pés.

LPC : Certains détrac­teurs poli­tiques estiment le budget du Frac trop impor­tant, pour une culture dite élitiste et peu acces­sible aux Lorrains en géné­ral. Qu’en pensez-vous ?

BJ : Et pourquoi le Lorrain n’au­rait-il pas droit à ce qui se produit de mieux au niveau local, natio­nal et inter­na­tio­nal ? Cessons le misé­ra­bi­lisme, la Lorraine peut et doit avoir une poli­tique cultu­relle ambi­tieuse à l’échelle euro­péenne. Il est impos­sible de penser à pratiquer le repli sur soi dans une région aussi trans­fron­ta­lière dotée de tels atouts géogra­phiques.

LPC : En 2009, le centre Pompi­dou-Metz va ouvrir ses portes. Pensez-vous qu’il sera complé­men­taire du Frac Lorraine, ou bien au contraire qu’il rendra son travail moins percep­tible?

BJ : Compa­rons ce qui est compa­rable ! Un « Kolos­sal » centre Pompi­dou ne sera jamais aussi souple et réac­tif qu’un petit Frac réac­tif et perfor­mant à l’écoute des nouvelles formes de créa­tion. L’ef­fet Bilbao tant attendu à Metz aura néces­sai­re­ment des retom­bées posi­tives pour le Frac… sans aucun doute.


Article publié le 5 février 2008 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.


 

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer