À savoir,  En 2020

Auto­cen­sure, censure et asep­ti­sa­tion !

Pour vous dire la vérité, je ne savais pas comment abor­der le sujet de cette nouvelle chro­nique. Certes, il me trot­tait dans la tête mais j’avais à maintes reprises repoussé l’échéance car son thème m’exas­pé­rait depuis un moment. Devrais-je plutôt écri­re… m’inquié­tait depuis long­temps en tant qu’au­teur. En tant qu’ar­tiste libre. Néan­moins, je m’y suis mis le premier jour de l’été (n’y cher­chez pas un symbole, il n’y en a pas) pour expri­mer ce que je ressen­tais et j’ai écrit un premier jet. Ensuite, j’ai appliqué une première couche d’au­to­cen­sure sur mon texte quand tout à coup, une petite voix dans ma tête me hurla :
   — Mais oui Jean-Michel, vas-y auto­cen­sure toi ! Fais le travail des censeurs ! Alors que tu devrais plutôt lobo­to­mi­ser leur misé­rable cerveau ! Provoquer les adeptes de la pensée unique et du poli­tique­ment correct avec des thèses anti­con­for­mismes, voilà ce que tu devrais entre­prendre. Au lieu de cela, tu appliques du lissage intel­lec­tuel et de l’asep­ti­sa­tion cultu­relle. Tiens, lis-leur donc Améri­can Psycho (Et pourquoi pas !) pour que leurs poils se hérissent ! Quant aux mora­listes bigots frigides ? Dis-leur que ce ne sont que des petites filles coin­cées d’un autre temps ! N’ou­blie pas d’égra­ti­gner aussi les personnes bien-pensantes ! Tu verras quand elles se retrou­ve­ront en face de toi, toi muni de roubi­gnolles osant dire ce que tu penses, ça va leur faire tout drôle ! Dis-moi, tu ne les as pas oubliées dans le tiroir de ta table de chevet au moins ?

   Puis la voix s’est tue. Je ne l’ai plus entendu. Mais c’est la vôtre que j’ima­gine me dire en cet instant :
  — Eh bien Jean-Michel que t’ar­rive-t-il ? Un petit moment d’éga­re­ment ? Allez ce n’est pas bien grave, il te suffit d’ap­puyer sur la touche retour arrière et tu vas nous effa­cer tout le premier para­graphe ci-dessus. Tu verras, c’est aussi simple que ça ! Et puis ton dialogue, il n’est pas terrible !
   Après moult réflexions, je peux vous dire que c’est bon de se lâcher et de rédi­ger ce qu’on veut expri­mer sur le papier tel qu’on le pense réel­le­ment et sans pratiquer l’au­to­cen­sure. Terme d’ailleurs despo­tique puisqu’il remplace au final l’ac­tion de censure par une tierce personne. Pourquoi en suis-je venu à rédi­ger des propos stéréo­ty­pés avec des mots aussi viru­lents ? La lecture (en retard) de quelques maga­zines posés sur mon bureau prenant la pous­sière : Le Un n° 286, Faut-il puri­fier la culture ? Ou encore Char­lie Hebdo n° 1433, Nouvelles censu­res… Nouvelles dicta­tures. Les articles m’ont excédé. Je ne les ai pas termi­nés. Cerise sur le gâteau : j’ai parcouru quelques chro­niques et piges concer­nant les « sensi­ti­vity reader ». En bon français, des lecteurs en sensi­bi­lité que les maisons d’édi­tion améri­caines embauchent pour lire les tapus­crits des auteurs. Et que font-ils ces braves lecteurs censeurs ? Ils expurgent les textes de ce qu’ils consi­dèrent comme offen­sant ou choquant pour les mino­ri­tés sexuelles, ethniques, cultu­relles ou pour une partie de l’opi­nion. Objec­tif sous-jacent : éviter le débat, la réflexion ou la polé­mique car le livre n’est plus un objet artis­tique par lequel le lecteur se cultive en se diver­tis­sant. Aujourd’­hui, le livre est un simple produit commer­cial à l’ins­tar d’une boîte de conser­ve… alors il faut le rendre le plus neutre possible et sans aucune origi­na­lité. Pas de vague  mon ami !

   Bret Easton Ellis, invité dans l’émis­sion Le Temps des écri­vains par Chris­tophe Ono-dit-Biot, sur France Culture en mai 2019, avouait que son troi­sième livre, Améri­can Psycho, ne serait plus publié de nos jours car selon lui, « le sexisme, le racisme des person­nages ne seraient plus accep­tables ». Sidé­rant ! Je fus acca­blé par ce que je venais d’en­tendre. Je pensais que dans nos régimes démo­cra­tiques, l’écri­vain était libre d’ex­pri­mer par l’écri­ture le contenu de sa créa­tion sans se préoc­cu­per de l’édi­teur, des lecteurs ou des médias ? Un autre exemple que je voulais rele­ver : Il y a une nette diffé­rence entre un Gabriel Matz­neff, écri­vain français, racon­tant sa vie sexuelle avec des adoles­cent(e)s dans des ouvrages auto­bio­gra­phiques, les quali­fiant lui-même de jour­nal intime, et un roman­cier comme Vladi­mir Nabo­kov avec Lolita. Pour le premier, ses prota­go­nistes sont consti­tués de chair et de sang avec une exis­tence. Quant au second, les siens ne sont compo­sés que de papier et d’encre sortis tout droit de l’ima­gi­na­tion de son auteur. De même si mon person­nage est un sadique offi­cier nazi et qu’il profère des propos anti­sé­mites, sa parole est conforme à ses convic­tions tant que cela reste dans le cadre de l’his­toire. En revanche, les écrire dans un essai poli­tique ou dans un pamphlet, ce n’est plus la même chose. Le roman fiction­nel est une œuvre dont l’his­toire n’a jamais existé dans la réalité. Tout au plus, l’au­teur s’ins­pire d’un fait socié­tal, histo­rique, écono­mique, que sais-je encore, pour la rendre plus crédible. Dois-je aussi appliquer l’au­to­cen­sure ou admettre la censure sur mon tapus­crit ? Oh que non mon ami !

   Après la censure ou l’au­to­cen­sure pourquoi ne pas asep­ti­ser les œuvres des auteurs du milieu du XXe siècle ? Les rendre plus accep­tables pour la ligne de la bien-pensance actuelle. Par exemple, ne faudrait-il pas dans les romans la Chute et la Peste d’Al­bert Camus rempla­cer le mot « nègre » (Un terme utilisé dans le dialogue de deux prota­go­nistes) par « habi­tant de l’Afrique subsa­ha­rienne » ? Où devrions-nous appo­ser sur la couver­ture de ces livres une  mention expli­ca­tive : « Ceci est une repré­sen­ta­tion cultu­relle datée du XXe siècle avec des expres­sions qui peuvent choquer le public non averti » ? L’éga­re­ment peut aller loin dans l’ab­sur­dité intel­lec­tuelle. L’ou­vrage rédigé par l’au­teur est une trace écrite. Une sorte d’image à l’ar­rêt d’une époque révo­lue où les mœurs et les idéaux diver­geaient des nôtres. Dans ces condi­tions, devons-nous mettre au pilon ces ouvrages car n’étant plus conformes à la pensée du XXIe siècle ou pour effa­cer les traces des erreurs du passé ? Non mon ami, cela ne chan­gera pas l’ave­nir !

   Alors arrê­tons de vouloir censu­rer à tout va et sachez qu’en tant que poète, je ne lais­se­rai pas un quel­conque diktat m’im­po­ser la manière dont je dois penser ou créer et encore moins me lais­ser m’ap­pliquer de l’au­to­cen­sure. Tout est dit mon ami !

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer