La Plume Culturelle

Nuit Blanche 2009 : une foule de lapins en repré­sen­ta­tion à l’Ar­se­nal

La salle de l’Es­pla­nade de l’Ar­se­nal va accueillir, dans le cadre de la Nuit Blanche du 2 octobre prochain, cent lapins robo­ti­sés Nabaz­tag qui chan­te­ront l’opéra Nabaz’­mob. Une œuvre origi­nale et très high-tech compo­sée par Jean-Jacques Birgé et Antoine Schmitt, et qui ne lais­sera pas le public indif­fé­rent.

Connais­sez-vous le petit lapin Nabaz­tag ? Un vrai bijou de tech­no­lo­gie qui ne mesure pas plus de 23 cm et qui a la capa­cité de se connec­ter, seul et en perma­nence, sur Inter­net. L’ani­mal high-tech offre des services variés et peut égale­ment lire des textes, parler et vous annon­cer les messages reçus tout en remuant ses oreilles avec élégance. Petit plus : des lumières multi­co­lores clignotent sur son ventre sur un rythme visuel assez sympa­thique. Un objet très tendance et mignon qui ne demande qu’à être posé sur votre étagère ou sur votre bureau. Si pour la petite histoire, l’ave­nir de la société Violet qui a conçu les lapins Nabaz­tag demeure incer­tain (redres­se­ment judi­ciaire en juin dernier et liqui­da­tion judi­ciaire s’il n’y a pas de repre­neur en octobre), tout cela reste dans le secteur écono­mique. Antoine Schmitt, artiste plas­ti­cien et Jean-Jacques Birgé, artiste, compo­si­teur et cinéaste utilisent ces petites bêtes juste dans le cadre de la créa­tion.

Aussi pour la nuit blanche messine du 2 octobre prochain, l’opéra Nabaz’­mob sera proposé au public avec l’ap­pui d’une centaine de ces lapins Nabaz­tag, à la salle de l’Es­pla­nade de l’Ar­se­nal dès 19h00. Une façon de détour­ner un objet à carac­tère indus­triel pour créer une œuvre artis­tique. « Nous avons perverti l’objet “mignon” pour en faire une œuvre enga­gée dans une idée de ques­tion­ne­ment », confie Antoine Schmitt, l’un des deux concep­teurs de la perfor­mance, qui s’est occupé de la program­ma­tion et de la choré­gra­phie des oreilles. Quant à Jean-Jacques Birgé, qui a composé la mélo­die, il indique clai­re­ment que si les lapins ont été prêtés par la société Violet, il n’en demeure pas moins qu’il n’y a pas de compte à rendre à l’en­tre­prise. Donc, totale liberté dans leur travail. Les deux amis, qui se connaissent depuis 1995, ont écrit ensemble la pièce, dans laquelle ils veulent démon­trer la tension entre la commu­nion d’un ensemble et le compor­te­ment indi­vi­duel.

L’in­ter­pré­ta­tion que les deux artistes ont souhaité faire jouer aux machines, serait-ce leur vision de la démo­cra­tie ? Avec notam­ment des ques­tions sur l’or­ga­ni­sa­tion, la compré­hen­sion, les déci­sions et le contrôle en groupe ? Et qu’ad­vient-il de la forma­tion lorsque l’in­di­vidu réagit sans se préoc­cu­per de ses voisins ? « Seul, le lapin est mignon », déclare Jean-Jacques Birgé qui précise que l’objec­tif, en les mettant ensemble, « c’est qu’ils deviennent moins sympa­thiques et que l’am­biance ne soit plus la même ». Le public a la possi­bi­lité de regar­der et de comprendre le spec­tacle sous des angles diffé­rents. « Les spec­ta­teurs peuvent voir dans notre œuvre les impli­ca­tions poli­tiques que nous y avons mises. Ou alors ils appré­cie­ront juste le spec­tacle comme quelque chose de merveilleux et de poétique », admet-il. Si le lapin Nabaz­tag a été conçu pour deve­nir un objet bran­ché, il peut être cata­lo­gué aujourd’­hui comme un produit popu­laire qui séduit. « Nous nous sommes aperçus que les diffé­rents publics, enfants comme adultes, sont conquis par ces machines qui n’en font qu’à leur tête et leurs oreilles », confesse encore Jean-Jacques Birgé, amusé par l’at­ti­tude de ses mammi­fères robo­ti­sés.

La scéno­gra­phie change selon les salles où l’opéra est joué, mais quel que soit le lieu, l’obs­cu­rité confère de l’in­ti­mité à l’en­vi­ron­ne­ment. Ainsi, seule la led de couleur de chacun des lapins Nabaz’­mob illu­mine les lieux, avec trois ambiances parti­cu­lières : la première scin­tille comme un arbre de Noël, la deuxième donne un climat angois­sant, et la troi­sième est empreinte des cita­tions du réper­toire. Le petit haut-parleur situé sur leur ventre diffuse la mélo­die sélec­tion­née et donne le rythme à la choré­gra­phie des oreilles qui s’ar­ti­culent. « Tous les lapins reçoivent l’in­té­gra­lité de la même parti­tion par wifi », explique Jean-Jacques Birgé. « Chacun d’entre eux pourra l’exé­cu­ter de trois façon diffé­rentes. Ils ont été program­més pour cela afin qu’ils puissent réagir avec une auto­no­mie totale », signale-t-il encore. Les auteurs ne savent jamais dans quel ordre leurs proté­gés vont commen­cer la partie qu’ils ont sélec­tion­née. « Il suffit d’un déré­glage sur l’un d’entre eux pour que l’en­semble prenne du retard ou four­nisse des effets drama­tiques ou comiques auxquels on ne s’at­tend pas », avoue le compo­si­teur.

Sachant que les Nabaz­tag n’en feront qu’à leur tête, il ne vous reste plus main­te­nant qu’à aller applau­dir ces indis­ci­pli­nés d’un nouveau genre qui chantent leur opéra Nabaz’­mob (nabaz en armé­nien signi­fie lapin et mob, en anglais, la foule). Un détail encore : ce ne sont pas des lapins mais des lapi­nes… il ne faudrait pas encore frois­ser les artistes high-tech.


Article publié le 28 septembre 2009 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.

Photo : ©LPC – Un opéra où les lapins high-tech n’en font qu’à leur tête et leur oreilles.


 

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer