La Plume Culturelle

Nuit Blanche 2009 : comment Vincent Delmas sème le doute dans un lieu de culte

Une instal­la­tion sonore origi­nale sur le thème du doute sera diffu­sée dans l’église Sainte-Ségo­lène le 2 octobre prochain, de 19h00 à 01h00 du matin, dans le cadre de la Nuit Blanche messine. L’ar­tiste Vincent Delmas a monté une bande son de 25 minutes dans laquelle le public enten­dra des incon­nus s’in­ter­ro­ger sur la présence d’un inter­lo­cu­teur au bout du fil après le légen­daire « allô ».

La perfor­mance pour­rait s’ap­pa­ren­ter à une blague de mauvais goût que des gamins réali­se­raient pour passer le temps. Un coup de fil à un inconnu et les chena­pans atten­draient une réac­tion de l’in­ter­lo­cu­teur sans dire un mot. Penser cela du travail de Vincent Delmas serait quelque peu réduc­teur et naïf à la fois. Le jeune artiste de trente-quatre ans, origi­naire de Cler­mont-Ferrand et qui vit en Lorraine depuis peu, a un concept de l’art bien défini. « La notion de recherche dans l’art est impor­tante pour moi », explique-t-il avec un grand sourire. « Elle s’éta­blit de fait avec le temps et le quoti­dien. Un projet concep­tuel, c’est bien plus les idées que la forme ».

Et les idées il en a à foison. D’em­blée, il aver­tit : « En avoir plein, ce n’est pas diffi­cile mais en avoir des bonnes, là c’est plus ardu. J’aime faire avan­cer l’art avec des idées simples et regar­der ce que font mes contem­po­rains. » Aussi, pour la Nuit Blanche à Metz, le 2 octobre prochain, Vincent Delmas se pose-t-il une ques­tion à travers sa perfor­mance sonore  « J’ai un doute… (Allô ?!) ». Est-ce que le doute a la place qu’il mérite au sein des lieux de culte ? L’ar­tiste estime que non. En tout cas pas à la mesure de ce qui devrait leur reve­nir. Alors, il souhaite le maté­ria­li­ser et le rendre patent afin de permettre au public une réflexion sur le sujet. Selon lui, la Foi et le doute semblent des thème récur­rents de la philo­so­phie. « J’aborde le sujet d’une façon nouvelle. Je crois que les deux termes sont loin d’être incom­pa­tibles » renché­rit-il.

Une bande sonore de vingt-cinq minutes tour­née en boucle réson­nera au sein de l’église Sainte-Ségo­lène de 19h00 à 01h00 du matin. Les visi­teurs pour­ront entendre des incon­nus réagir lorsqu’ils décrochent le combiné et que personne ne répond. Les séquences peuvent durer entre 2 et 30 secondes chacune. « Le premier allô que nous prononçons est un réflexe » rappelle Vincent Delmas. « Si personne ne répond, le second allô est chargé de doute sur la présence de l’autre au bout du fil et c’est là que cela devient inté­res­sant… surtout dans une église », insiste-t-il. Habi­leté intel­lec­tuelle d’as­so­cier le lieu, la Foi, le doute et l’in­ter­lo­cu­teur. Il lui aura fallu passer des milliers d’ap­pels durant l’été. Seuls cent cinquante d’entre eux ont été gardés.

Alors si vous souhai­tez philo­so­pher avec lui sur la ques­tion “Le doute est-il la part ration­nelle de la pensée sur laquelle repose la foi ? Ou alors, l’échec de la pensée ration­nelle pous­sée à son paroxysme est-il à l’ori­gine de la foi ?”, il sera présent et peut-être qu’ il vous répon­dra… J’ai un doute… Allô ?!


Article publié le 29 septembre 2009 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.

Photo : ©LPC – Vincent Delmas innove avec une instal­la­tion sonore sur le thème du doute dans un lieu de culte.


 

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer