La Plume Culturelle

Compte à rebours à « Faux Mouve­ment »… avant ferme­ture défi­ni­tive

« Faux Mouve­ment » existe depuis vingt-cinq ans et sa péda­go­gie permet au public messin de comprendre l’art contem­po­rain. Malheu­reu­se­ment, la conven­tion entre les parte­naires publics n’a pas été recon­duite et la struc­ture cultu­relle connaît des diffi­cul­tés finan­cières sérieuses. Si aucune solu­tion n’est trou­vée, l’éta­blis­se­ment fermera défi­ni­ti­ve­ment ses portes le 31 décembre 2008. Un comité de soutien va être créé, et la dernière expo­si­tion de l’an­née aura lieu à partir du 18 septembre 2008 avec l’ar­tiste japo­nais Hiraki Sawa.

« Nous devions fêter en décembre prochain les 25 ans de Faux Mouve­ment », déclare Maryse JeanGuyot, direc­trice de la struc­ture d’art contem­po­rain messine, aux quelques visi­teurs présents. C’est avec ironie qu’elle conclut : « mais je crois qu’on va plutôt célé­brer ses funé­railles ». Le public qui se balade à travers les œuvres de Cécile Bart dans l’es­pace d’ex­po­si­tion s’es­to­maque de la nouvelle. Personne ne comprend et ne peut imagi­ner qu’a­près un quart de siècle de présence au centre ville de Metz, Faux Mouve­ment pour­rait ne deve­nir qu’un souve­nir qui s’es­tom­pe­rait avec le temps simple­ment en raison d’un manque de moyens finan­ciers. Pour conti­nuer a minima l’ac­ti­vité cultu­relle jusqu’au 31 décembre 2008, il lui faut trou­ver d’ur­gence 32 000 euros.

Depuis le début de l’an­née, Maryse JeanGuyot accu­mule les mauvaises nouvelles : dimi­nu­tion des subven­tions publiques, fin des contrats aidés et non renou­ve­lés, aucun accord signé entre la Drac, l’aca­dé­mie de Nancy-Metz, la mairie de Metz et Faux Mouve­ment après le terme de la conven­tion qui les liait pour trois ans (2004–2006). Il faut dire que début 2007, les élec­tions prési­den­tielles puis muni­ci­pales ont gelé toute déci­sion : l’iner­tie était de mise pour tout le monde. Prévoyante, la direc­trice de Faux Mouve­ment demande un audit finan­cier en janvier et tire une première fois la sonnette d’alarme en juin dernier auprès des pouvoirs publics.

Enten­due par la muni­ci­pa­lité de Metz, la struc­ture Faux Mouve­ment se voit octroyer, sous la forme d’une subven­tion excep­tion­nelle, 20 000 euros au début du mois de juillet 2008. « Cette subven­tion démontre bien la volonté et l’en­ga­ge­ment de la muni­ci­pa­lité de vouloir nous aider afin que nous ne dispa­rais­sions pas du paysage cultu­rel », explique la direc­trice du centre d’art contem­po­rain. « Mais il me manque tout de même 12 000 euros pour boucler le budget », signale-t-elle. Les soucis finan­ciers ne l’em­pêchent pas cepen­dant de travailler sur un projet de conven­tion de quatre ans en élar­gis­sant les parte­naires, notam­ment la Région et le Conseil Géné­ral de Moselle, projet qu’elle soumet­tra au plus vite !

Néan­moins, Maryse JeanGuyot reste amère face à une situa­tion qu’elle ne maîtrise pas et déses­pé­rée de voir la struc­ture, qu’elle a créée en 1983, mourir à petit feu. Déçue par le compor­te­ment de certains de ses parte­naires, elle libère ses pensées : « Norma­le­ment, vu le travail accom­pli depuis tant d’an­nées je pensais pouvoir comp­ter sur eux, or il se trouve que je n’ai que peu de soutien de leur part, si l’on excepte la muni­ci­pa­lité de Metz… mais elle ne peut pas se substi­tuer aux autres. J’es­père que l’en­ga­ge­ment de la Ville sera un exemple suivi par les autres parte­naires. »

Aussi pour que l’opi­nion publique demeure infor­mée de la situa­tion de Faux Mouve­ment, Maryse JeanGuyot a décidé de monter un comité de soutien avec des artistes du monde de l’art contem­po­rain comme, entre autres, Gérard Collin-Thié­baut ou Cécile Bart. Mais égale­ment avec toutes celles et tous ceux qui souhai­te­raient l’ai­der à sauver du naufrage le navire en perdi­tion. Car au-delà de Faux Mouve­ment et de son histoire, c’est surtout un espace cultu­rel, un de plus, qui dispa­raî­trait, ce qui contri­bue­rait à réduire encore le nombre, déri­soire en Lorraine, de lieux d’ex­po­si­tion où les artistes peuvent expri­mer leur talent devant un public.

Pour l’ins­tant, Maryse JeanGuyot prépare la parti­ci­pa­tion de Faux Mouve­ment à « la nuit blanche » du 3 octobre 2008 en colla­bo­ra­tion avec le collec­tif d’ar­chi­tectes 3RS qui montent un projet d’écha­fau­dages et de lumières sur la place Saint-Louis à Metz. Pour l’oc­ca­sion, elle orga­nise une expo­si­tion avec l’ar­tiste japo­nais Hiraki Sawa repéré en 2003 à la Bien­nale “C’est arrivé demain” de Lyon. Le public pourra regar­der à partir du 3 octobre et jusqu’à la fin du mois de novembre 2008, des vidéos où de petits jeux d’en­fants sont mis en scène dans un univers de la vie au quoti­dien, comme des avions minia­tures qui volent à travers la salle de bain, ou des chevaux de bois qui nagent dans la baignoire remplie d’eau.

« Par rapport aux 3 expo­si­tions initia­le­ment prévues pour le dernier trimestre de 2008, je dois monter une expo pour la fin septembre avec un petit budget. J’ai prévu une expo­si­tion vidéo dont la mise en place est compa­tible avec mes moyens actuels, je pense être prête pour la nuit blanche », annonce-t-elle. Il faut dire que ses effec­tifs ont fondu comme neige au soleil. Sur cinq perma­nents, il n’en reste plus que deux : la secré­taire-comp­table et elle-même. « Moi, je ne fais pas de la culture au rabais ! Je ne choi­sis pas les artistes selon un prix mais selon leur talent ! Mais s’il n’y a pas de solu­tion avant la fin décembre, je descends le rideau ! », soupire-t-elle avec regret.

Alors si vous souhai­tez adhé­rer à Faux Mouve­ment, ou soute­nir son action pour éviter la ferme­ture, contac­tez Maryse JeanGuyot. La Plume Cultu­relle vous infor­mera régu­liè­re­ment de l’évo­lu­tion de l’af­faire. A suivre…


Article publié le 5 septembre 2008 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.

Photo : © LPC|JML – L’ar­tiste japo­nais Hiraki Sawa à Faux Mouve­ment, peut-être la dernière expo­si­tion de l’éta­blis­se­ment si les pouvoirs publics ne réagissent pas avant décembre 2008.


 

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer