À savoir,  En 2020

L’écri­ture manus­cri­te… tout un sport.

Fin d’après-midi. L’été succombe mais sa chaleur esti­vale n’en finit pas. Paris surchauffe et moi avec. La mine réjouie de ses habi­tants me laisse penser qu’ils sont heureux. C’est beau d’ima­gi­ner que les mines que je croise sont dans une phase de réjouis­sance ou d’eu­pho­rie mais au final, je n’en ai aucune idée car un masque couvre une partie de leur visage. Depuis le décon­fi­ne­ment, ce bout de tissu possède une qualité indé­niable : le filtre. Ce procédé permet à notre regard d’être soulagé de la vue de tronches renfro­gnées, grin­cheuses, hargneuses ou passives de certains Fran­ci­liens dans les trans­ports en commun ou dans la rue. Main­te­nant les expres­sions sont biai­sées, elles semblent inex­pres­sives et le mystère demeure intact sur la forme des nez et des lèvres. Alors je profite de l’ins­tant présent et surtout, j’éclipse l’idée de la grisaille autom­nale. La troi­sième saison est en action et bien­tôt la pluie et le vent seront au rendez-vous. Chic ! On va pouvoir encore se plaindre.

Pour le coup, qu’il fasse chaud ou non, qu’il pleuve ou non, cela ne contra­rie en rien l’ac­ti­vité prévue. Aussi, je me dirige vers le fond de la salle du bar. J’aime cette partie de la pièce non pas pour sa déco­ra­tion ou pour son silence, il y a toujours quelques étudiants qui squattent le lieu pour boire des pintes de bière et racon­ter leur coup d’un soir réussi. Mais sans vrai­ment y appor­ter des détails crous­tillants au grand dam de mes oreilles curieuses. D’autres en revanche, plus studieux, travaillent leurs cours. Mais si j’ap­pré­cie autant cette partie de la pièce, c’est qu’il y a une immense porte-fenêtre par laquelle le soleil expire ses dernières forces en submer­geant le lieu de sa douce lumière. Quand l’une des deux tables est inoc­cu­pée, je m’as­sieds sur le banc en skaï rouge face à la salle, je pose mes affaires dessus et furti­ve­ment, je laisse mon regard vaga­bon­der dans la rue. Sans vrai­ment prêter une atten­tion parti­cu­lière, j’ob­serve juste les badauds masqués noncha­lants ou les exci­tés du pas rapide. 

Mais pour être honnête, je choi­sis aussi cet empla­ce­ment pour la prise de courant élec­trique sur laquelle est bran­chée une multi­prise à dispo­si­tion des clients. Pour alimen­ter son ordi­na­teur, c’est plutôt pratique. Mais aujourd’­hui, je ne l’ai pas emmené. Dans le passé, pour diverses raisons, il m’est arrivé de ne pas écrire une ligne et dans ce cas mon épaule gauche suppor­tait un poids mort dans ma besace. Alors, je marmon­nais que j’étais bien con de me trim­ba­ler avec un objet inutile. Et quand les deux empla­ce­ments situés au fond de la salle du bar étaient déjà occu­pés, il fallait être sûr que la batte­rie soit bien char­gée ou d’en avoir une de rechange pour ne pas tomber en rade. Mais en géné­ral, je l’ou­bliais. Donc, je tombais en rade. Et pour ne pas chan­ger mes habi­tudes, je râlais pour me défou­ler. Mais là, sur moi, je n’ai qu’un simple cahier à petits carreaux trouvé dans mon studio juste avant le départ. Des mois qu’il traî­nait sur mon bureau sous une pile de livres. J’ai égale­ment rapporté des stylos dans une trousse, tout cela ne pèse pas très lourd dans ma besace. 

Troquer mon ordi­na­teur pour un cahier d’éco­lier n’est pas un acci­dent. Encore moins une erreur de ma part. Il faut dire que le matin même, j’avais lu un article sur un site expliquant les diffé­rences entre l’écri­ture manus­crite et celle dite numé­rique. Je ne sais plus comment je suis tombé dessus mais cela expliquait que pour la première, le mouve­ment de la main donne la forme visuelle de la lettre et créé une mémoire senso­ri­mo­trice propre à chaque lettre. Quant à la seconde écri­ture, la mémoire senso­ri­mo­trice n’est pas acti­vée, donc le mouve­ment d’écri­ture ne relie plus la forme de la lettre. Selon l’au­teur de l’ar­ticle, nous effec­tuons davan­tage de fautes d’or­tho­graphe avec le deuxième procédé car nous ne photo­gra­phions plus les mots. En voilà une belle excuse toute trou­vée qui justi­fie mes fautes : « Pas moi, c’est elle (ma mémoire) qui ne retient rien ! » Les para­graphes suivants deve­naient un peu plus scien­ti­fiques, voire carré­ment tech­niques en expo­sant le fait qu’une personne écri­vant à la main ne gère qu’un seul hémi­sphère. Pour un droi­tier, celui de gauche, et vice-versa. Pour l’écri­ture numé­rique, la personne tapant des deux mains sur le clavier, même en utili­sant qu’un seul doigt par main comme moi, solli­cite simul­ta­né­ment les deux hémi­sphères céré­braux. Le gauche et le droit doivent commu­niquer entre eux mais ils ne sont pas habi­tués à une telle inter­ac­tion synchrone. C’est plus ou moins ce que j’ai compris en lisant l’ar­ticle et je visua­lise très bien l’image de mon cerveau surchauf­fant sous mon crâne.

Main­te­nant, je relève le défi de rédi­ger un texte dans ce cahier à petits carreaux. Après une première page noir­cie, je regarde l’ongle de mon pouce droit négli­gem­ment entre­tenu s’en­fon­cer dans la peau de mon index lorsque les deux doigts main­tiennent le stylo pour le faire glis­ser sur la page de mon cahier. La confron­ta­tion physique entre les deux membres de ma main, je n’en ai plus l’ha­bi­tude. Le pire étant de ressen­tir mes doigts se cris­per sur le stylo à bille et de ne plus savoir comment l’orien­ter sur le papier pour former les belles courbes qui modèlent les lettres majus­cules et minus­cules. Si je persiste à contrac­ter autant mes doigts, ils s’en­gour­dissent et cette sensa­tion remonte jusqu’à mon avant-bras droit. Aurait-il fallu que je m’en­traîne avant l’exer­cice ? Trop tard, je souffle comme un spor­tif et je grimace à chaque ligne passée. Si les clients du bar m’ob­servent de là où ils sont assis, ils voient mon visage rougir lais­sant appa­raître un rictus. Peut-être croient-ils que je suis constipé et que j’es­saye tant bien que mal de me soula­ger d’un poids ? Au bout d’une heure, je remplis trois pages de cahier d’une écri­ture cursive mal assu­rée et malha­bile sans que les phrases n’aient de ryth­mique ou de style ; j’ai perdu la pratique gestuelle de la rédac­tion d’un texte ; j’ai l’im­pres­sion de buter sur chaque mot. Mais c’est un premier jet et le procédé me procure du plai­sir. Toute­fois, je ne suis pas sûr de pouvoir me relire.

Ce qui devait être un jeu d’en­fant de consi­gner comme dans ma jeunesse un para­graphe ou deux sur ce que je pour­rais appe­ler des notes person­nelles fut un exer­cice éprou­vant. En plus, il n’y a pas de correc­teur de fautes inté­gré dans le cahier. Impos­sible alors d’ef­fa­cer, de coller, de couper ni de reprendre le début du para­graphe en rajou­tant une phrase supplé­men­taire ou en amélio­rant le texte figé comme nous pouvons le pratiquer sur un trai­te­ment de texte. Le seul point posi­tif dans cette histoire, l’im­pos­si­bi­lité de surfer sur Inter­net et d’être dispersé avec un cahier. Aussi, mon esprit se foca­lise sur ce que je souhaite écrire. Mais pour être honnête avec vous, j’ai sur la table mon smart­phone. Alors de temps en temps, lorsque je n’ar­rive plus à me concen­trer sur mes phrases, je regarde si ma commande de livres est enre­gis­trée : 2 eBook sur Charles Bukowski. Ensuite, la personne située à ma gauche se plaint que le patron du bar mélange du maïs salé avec les caca­huètes. J’opine du chef et je discute quelques instants avec lui. Tout cela m’épuise, je referme mon cahier et je me dis que j’ai enfin le sujet de ma prochaine chro­nique.

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer