Poèmes

Et la fessée promise ? Déjà de l’his­toire ancienne

— Veux-tu une fessée
devant tout le monde ?
Non ? 
Alors main­te­nant,
tu m’écoutes !
Pour­tant 
elle se dandine
et conti­nue 
son numéro.
 
Elle tour­noie,
tour­noie
et tour­noie encore
autour de l’une 
de ces barres grises
de la rame de métro,
à chaque station passée
son père
est davan­tage énervé.
 
Bien malin
devant tout le monde
à se faire remarquer 
avec des paroles 
d’un autre temps
mais 
fina­le­ment,
bien impuis­sant
devant sa fille espiègle,
le voilà désarmé
comme un enfant.
 
Que peut-il 
encore faire ?
Rien.
 
L’en­fant s’en fiche
que tout le monde la regarde
et encore moins 
que son père
se ridi­cu­lise :
elle est le soleil de la rame,
le centre 
de toutes les atten­tions
quant à son père, 
une ombre assise
sur un stapon­tin 
souf­flant du vent 
et n’ayant aucun 
effet sur elle.
 
Les voya­geurs 
observent,
sourire aux lèvres,
la fillette mali­cieuse
conti­nuant
son petit manège
devant les yeux bais­sés
de son père.
 
Et elle conti­nue
à tour­noyer,
à tour­noyer
et encore 
à tour­noyer.
 
Et la fessée promise ?
Déjà de l’his­toire ancienne.
 
Poème de Jean-Michel Léglise – octobre 2019

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer