La Plume Culturelle

Aerial view : « La prio­rité de nous tous, c’est la réus­site du groupe »

La Plume Cultu­relle propose depuis janvier une rubrique desti­née aux artistes mécon­nus d’une grande partie du public ou trop peu média­ti­sés. Avec passion, ils parti­cipent à l’en­ri­chis­se­ment cultu­rel de la Lorraine et nous les mettons à l’hon­neur. Béné­fi­ciez de l’in­te­rac­ti­vité d’In­ter­net pour décou­vrir un aperçu de leurs œuvres sous forme de son ou de vidéo. Jeunes et talen­tueux, les quatre membres d’Ae­rial view, Nico­las, Benoît, Alexis et Antoine, se dévoilent avec candeur mais déter­miné à progres­ser dans le milieu artis­tique nancéen, et de décou­vrir de nouveaux hori­zons… musique à l’ap­pui.

La Plume Cultu­relle : Comment s’est faite la rencontre entre les membres d’Ae­rial view ?

Aerial view : Nous sommes tous des copains d’en­fance connus pour certains à la mater­nelle. Alors, lorsqu’An­toine, Alexis et Marc, l’an­cien bassiste du groupe, ont commencé à apprendre à jouer un instru­ment à l’école de musique de Neuf­châ­teau, ça été le début d’une passion commune. Puis, adoles­cents, nous avons décidé de créer notre propre groupe et comme nous recher­chions un chan­teur, nous avons fait la connais­sance au lycée de Benoît. Puis, Marc a quitté la forma­tion pour des raisons person­nelles et nous avons fait appel à Nico­las qui pour­sui­vait égale­ment des études dans le même lycée que nous. Il a fait une sorte d’in­té­rim quelque mois qui s’est fina­le­ment prolon­gée pour deve­nir un membre à part entière car le courant est passé entre nous.

LPC : Quel a été le déclic entre vous pour créer votre groupe ?

AV : Il n’y a pas vrai­ment eu de déclic mais une envie toute natu­relle d’être ensemble pour jouer. Puisque nous nous appré­cions, que nous avons les mêmes goûts musi­caux et que nous voulions créer un groupe, nous avons mis en commun nos idées et notre passion. En même temps, c’est une expé­rience autant humaine que musi­cale que nous vivons et que béné­fi­cie nos diffé­rents projets actuels ou futurs. On ne fait pas de la musique juste pour dire qu’on fait de la musique sans convic­tion et à défaut d’autre chose comme peut-être d’autres forma­tions, mais parce que nous avons une réelle amitié qui existe entre nous et que nous aimons nous produire ensemble.

LPC : le style musi­cal que vous adop­tez dans vos chan­sons, où le situe­riez-vous ?

AV : On situe notre style dans le domaine du rock alter­na­tif indé­pen­dant même si toute­fois c’est assez vaste comme appel­la­tion et qu’il y a beau­coup de courants qui s’en rattachent. En fait, on n’a pas vrai­ment de style même si le rock alter­na­tif devient une mouvance qui a le vent en poupe en ce moment. Chez nous tous les membres d’Ae­rial view ont des influences diffé­rentes que nous parta­geons ensuite dans notre musique : nous avons notre propre iden­tité. Si certains groupes peuvent être cata­lo­gués dans un genre ou dans un autre, nous non à l’exemple de la forma­tion The Muse qui se diffé­ren­cie, elle aussi, et ne peut être classé dans une des caté­go­ries musi­cales du rock.

LPC : Vous avez parti­ci­pez au festi­val des musiques lycéennes orga­nisé par le Conseil Régio­nal et donc fait une pres­ta­tion au Zénith de Nancy. Quel souve­nir en gardez-vous ?

AV : Un grand moment pour nous avec une grosse monté d’émo­tions et d’adré­na­line que nous avons hâte de revivre avec cette fois-ci un peu plus d’ex­pé­rience. L’op­por­tu­nité de se produire au Zénith a été une chance pour nous mais acces­sible un peu trop tôt car nous n’étions pas très expé­ri­men­tés et notre musique s’en est ressenti alors qu’aujourd’­hui, notre façon de jouer à évoluée et murie.

LPC : Quelles ont été les retom­bées après le concert ?

AV : Malheu­reu­se­ment pas grand-chose car nous n’avons pas su exploi­ter cette oppor­tu­nité, nous étions trop jeune. Par contre, une connais­sance a financé notre premier album en nous payant quatre jours de studio et l’im­pres­sion de quatre cents exem­plaires mais ça reste un album de jeunesse.

LPC : Vous regret­tez ce premier album ?

AV : non mais avec le temps on s’en est lassé. Avec le recul, on se rend compte qu’il manquait une certaine matu­rité et les profes­sion­nels ont dû le remarquer, c’est même sûr ! Par exemple, il n’y a pas de suite logique entre les titres ni de concepts en place, tout ceci reste un peu naïf, du rock à l’état pur sans réflexion. Main­te­nant ce n’est plus le cas avec le dernier album.

LPC : Groupe français et donc lorrain, vous chan­tez anglais. Vous comp­tez vous expor­tez dans les pays anglo­phones ?

AV : La musique dans laquelle nos influences communes se retrouvent c’est le courant musi­cal et cultu­rel anglo-saxon que nous affec­tion­nons parti­cu­liè­re­ment. Le choix de chan­ter en anglais ne s’est même pas posé entre nous et surtout pas dans nos projets artis­tiques. Le rock français n’est pas très parlant pour nous, cela nous inté­resse pas trop. D’ailleurs, on compte partir dans quelques mois à Londres durant six mois voire peut-être un an pour s’im­pré­gner au plus près du milieu londo­nien. On n’y va pas pour promou­voir Aerial view mais plutôt pour apprendre et se profes­sion­na­li­ser.

LPC : chaque membre d’Ae­rial view doit avoir des sensi­bi­li­tés musi­cales propres, comment ça se passe pour l’écri­ture et la compo­si­tion de vos chan­sons ?

AV : En géné­ral, ça part d’une impro­vi­sa­tion d’en­vi­rons dix à quinze minutes puis on sélec­tionne des passages que nous trou­vons bons pour les figno­ler et coller dessus nos paroles. Il arrive que nous travaillons un morceau d’une compo­si­tion chacun de notre coté et qu’en­suite on place nos touches person­nelles durant les répé­ti­tions et tout s’as­semble avec cohé­rence comme par magie. Chez nous, il n’y a pas de compo­si­teurs ou de paro­liers atti­trés, tout le monde parti­cipe car nous aimons cette manière de fonc­tion­ner car la démarche est très enri­chis­sante.

LPC : Vous allez sorti votre EP dans quelques semaines et vous l’au­to­fi­nan­cez pourquoi ?

AV : On l’a auto­fi­nancé pour soucis d’in­dé­pen­dance et de liberté artis­tique en enre­gis­trant l’al­bum avec un système home studio. On a trouvé un lieu qui nous a séduit au niveau de l’acous­tique et nous avons décidé d’y jouer de la batte­rie et pour les guitares, nous allons nous enre­gis­trer nous-mêmes en y prenant le temps car nous ne voulons pas mettre de pres­sion inutile. Avec le premier album, puisque nous n’avions que quatre jours de loca­tion de studio, nous étions restreins sur le choix de nos chan­sons et nous n’avions pas le recul néces­saire pour y appor­ter des amélio­ra­tions sur les titres.

LPC : Comment s’est passé l’en­re­gis­tre­ment de votre album dans le home studio ?

AV : Il s’est d’abord avéré plus long que prévu : c’est l’as­pect perfec­tion­niste de notre travail qui a retardé les échéances mais qui nous a permis en même temps de mettre un regard clair et pur sur tous les titres. Il nous semblait en effet primor­dial d’en­tendre la musique dans un autre contexte, une sorte de “mise à nu”, un retour à la seconde de créa­tion qui peut ressem­bler à une théra­pie diffi­cile physique­ment et mora­le­ment. Et c’est cette diffi­culté qui nous procure du plai­sir et qui renforce nos amitiés. Le senti­ment de vivre des “épreuves” ensemble est néces­saire. On aime réel­le­ment cela.

LPC : Sans inter­net auriez-vous la même noto­riété ou pensez-vous que cela vous a pas été d’une grande aide ?

AV : Inter­net est un support très inté­res­sant qui nous aide, depuis la créa­tion du groupe, à commu­niquer et à promou­voir Ariel view. D’ailleurs, nous avons décidé de nous impliquer davan­tage au moment de lancer le projet du nouvel album car avant, nous ne connais­sions pas vrai­ment ce mode de commu­ni­ca­tion. Grâce à notre site sur MySpace, nous avons augmenté nos contacts et en l’es­pace d’un mois et demi, nous avons doublé le nombre de visites des inter­nautes. Le bouche à oreille et notre parti­ci­pa­tion au Télé­thon en 2007 n’y sont pas étran­gers.

LPC : Études, famille, amis et la passion de la musique avec votre grou­pe… Est-ce facile d’al­lier le tout chaque jour ?

AV : Disons que nos études en pâtissent un peu car nos vies tournent autour du groupe. Nous nous voyons en semaine sur Nancy lorsque nous sommes en cours et nous répé­tons tous les week-ends à Neuf­châ­teau et on est heureux de se revoir pour jouer. Nos parents et nos amis nous soutiennent dans nos projets musi­caux et on prend un pied dingue dans les concerts. La prio­rité de nous tous, c’est la réus­site du groupe.

LPC : Si vous aviez un mot ou une phrase pour défi­nir votre groupe et votre musique, que serait-il ?

AV : “oscil­lant entre clarté et flou lumi­neux, les clichés caressent des corps de femme et suivent les routes nocturnes des pensées intros­pec­tives”

LPC : Enfin, quels sont vos projets pour 2008 après la sortie de votre album ?

AV : D’une part, la promo­tion du nouvel album, d’autre part, un grand nombre de concerts dans les bars et dans toutes les struc­tures qui permettent un trem­plin dans le milieu artis­tique de Nancy à Metz. Enfin, et bien évidem­ment, partir à Londres.


Article publié le 5 mars 2008 dans le bimé­dia lorrain La Plume Cultu­relle.

Photo : © LPC|CP – Le groupe au complet (de gauche à droite) : Antoine, Alexis, Nico­las et Benoit.


Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer