Poèmes

Paris, une petite Venise

Début de soirée
à la terrasse d’un café, 
débu­ter la lecture 
d’un recueil de poèmes,
attendre une amie
sous un ciel menaçant,
entendre 
les gouttes d’eau 
s’écra­ser 
une à une
sur le pavé ;
obser­ver
les larmes du ciel
écla­bous­ser 
les tables 
les chaises, 
les clients, 
mon livre ;
le ciel 
ne se retient plus,
il partage
sa mélan­co­lie ;
tant de chagrin 
s’écoule 
sous mes pieds,
viru­lent,
impé­rieux,
l’auvent de la terrasse
tient son rôle d’abri 
face à l’im­pé­tuo­sité des cieux.
 
la serveuse arrive avec ma bière
 
Première gorgée, 
fraîche et pétillante
légè­re­ment amer
et douce à la fois ;
derrière moi, 
entendre l’averse
inon­der la chaus­sée
me rendre compte
que mes rangers pataugent
dans une flaque
formée sous le guéri­don.
 
Mon esprit titube,
il veut encore
se rassa­sier,
ingur­gi­ter les mots
du recueil de poèmes,
mais l’orage me dissuade
de le nour­rir,
l’ou­vrage rangé dans la besace
atten­dra des temps meilleurs. 
 
La pluie, 
une enne­mie 
pour mon livre ?
l’al­cool, 
un ami 
pour mon corps !
choi­sir mon camp :
— Béatrice,
une pinte
s’il te plaît 
avant que Paris 
rede­vienne 
une petite Venise !
Si mon esprit 
ne peut pas 
être rassa­sié,
au moins 
que mon esto­mac le soit !
 
Poème de Jean-Michel Léglise – avril 2019 / mai 2021

Ce site utilise des cookies techniques et tiers pour fournir certains services. En poursuivant votre navigation, vous autorisez leur utilisation Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer